La mobilisation paie !

Sous la pression, M Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, concède le débat parlementaire. Ce n'est pas une victoire, c'est une manœuvre désinvolte. L'avancement du dispositif rend très peu probable une remise en question sincère du projet qui veut mettre les données biométriques de 60 000 000 de Français à la portée des détournements criminels ou politiques. Il ne s'agira au mieux que d'un dialogue de sourds, au pire du théâtre de la connivence entre carriéristes et godillots.
 
Comme le dit Isabelle Attard, députée sans parti du Calvados : "Croyant passer inaperçu à la veille du long weekend de la Toussaint, Bernard Cazeneuve s'est heurté à la mobilisation citoyenne, à des tribunes, et à des oppositions politiques. Il joue la partition du service après-vente forcée. Le débat qu'il annonce n'en sera pas un. Il n'ouvrira aucun espace pour les amendements, aucun vote. C'est très en deçà du service minimum en matière de démocratie."
L'âge numérique offre aux gouvernements des moyens sans précédent de contrôle de la population, il est temps que cela soit discuté au grand jour, et non plus dans les antichambres et les textes réglementaires. Exigeons une vaste consultation publique sur l'usage des technologies dans le fichage, la surveillance, le profilage et la géolocalisation des citoyens innocents. Exigeons l'abandon du fichier monstre.