Le Parti Pirate apporte son soutien à Bruno Kramm, emprisonné en Allemagne

Le capitaine du Parti Pirate Berlinois, Bruno Kramm a été arrêté hier pour « Insulte à un représentant d’état étranger ». Durant une manifestation, il récita un poème satirique du comédien Jan Boehmermann.

L’arrestation par la police allemande de Bruno Kramm a eu lieu devant l’ambassade de Turquie à Berlin. Elle s’est déroulée à l’occasion d’une manifestation contre les décisions du gouvernement Merkel, prises plus tôt dans le mois, validant les poursuites contre le comédien germanique, Jan Boehmermann, à propos du poème qu’il a récité à l’antenne de la télévision allemande ciblant l’actuel président de la Turquie. Depuis, chaque vendredi, le Parti Pirate a organisé une sensibilisation populaire sur « l’horreur de la censure systématique, l’oppression, le despotisme et les meurtres du dictateur Erdogan ».

Pendant le rassemblement de vendredi dernier, Kramm a été mis en garde par de nombreux officiers de police durant sa récitation. Il fut alors arrêté pour répondre à l’article 103 du Code criminel allemand, rarement utilisé, interdisant les insultes envers des « organes ou des représentants d’états étrangers ».

Dans une déclaration publiée sur le site du Parti, Bruno Kramm précise : « En Turquie, lorsque des personnes critiquent le gouvernement, même légèrement, ils sont persécutés, violentés ou disparaissent. Dans le même temps, le dictateur Erdogan est, lui, autorisé à restreindre significativement le droit d’assemblée et de liberté d’expression en Allemagne de ceux qui disent simplement qu’il bat les Kurdes et les chrétiens ».

De plus, en référence au récent et très critiqué accord Euro-Turc sur les migrants (récemment approuvé par la chancelière allemande Angela Merkel) Kramm ajoute :

« Ceux qui se rendent complices d’une politique inhumaine au sujet des réfugiés ne doivent pas être surpris quand les droits fondamentaux disparaissent aussi en Europe."

Pirate Times a pris contact avec Bruno Kramm pour apprendre qu’il a pu finalement sortir de sa garde à vue, mais qu’il sera convoqué dans les jours qui viennent pour répondre des charges retenues contre lui selon l’article 103 du Code criminel.

Le Parti Pirate Français apporte tout son soutien à cet acte de satire de nos dirigeants. La liberté d’expression en ce qui concerne les puissants ne doit pas souffrir d’exceptions. Que l’on doive le rappeler est en marqueur d’une dérive inquiétante.