Le Parti Pirate condamne la suppression annoncée des tracts officiels pour les élections.

Mercredi 28 septembre, à l'occasion de la présentation du Budget 2017 (PLF2017.pdf), le gouvernement a annoncé la suppression de la propagande électorale (cf page 156 du document lié). Le Parti Pirate condamne cette atteinte au pluralisme démocratique.

Rappelons que cette propagande officielle consiste en grande partie en une enveloppe que chaque citoyen reçoit avant les élections, contenant les bulletins et professions de foi de chaque candidat. Il s'agit d'un des rares outils qui traitent les candidats du système et les petits candidats sur un pied d'égalité.

 

Pour la démocratie, un effet dévastateur

Nous souhaitons rappeler que la nouvelle loi sur "l'équité" du temps de parole (voir http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/04/05/egalite-du-temps-de-parole-les-deputes-se-prononcent-sur-les-regles-de-la-campagne-presidentielle_4896220_4854003.html) remettait déjà en cause une égalité d'exposition médiatique entre les candidats en donnant un avantage à certains déjà favorisés par les sondages. Les candidatures émergentes auront moins de temps médiatiques que les ténors politiques qui font déjà la une des journaux. 

Désormais, ce sont législatives qui sont en ligne de mire, via cette suppression de la profession de foi. Cette suppression va condamner les candidatures moins médiatiques à l'anonymat le plus total. Seuls les gros partis tirerons leur épingle du jeu : l'électeur, mal informé, ne pourra pas voter en toute connaissance de cause. Sans information équilibrée sur les différents projets politiques, à quoi donc peut servir le vote, sinon à tenter de justifier le cumul des mandats ?

On verra, en juin 2017, les députés élus verser des larmes de crocodiles devant les chiffres de l'abstention. Mais tout aura été fait pour maintenir le statu quo confortable qui désespère les citoyens et pour empêcher de s'exprimer les paroles alternatives, porteuses de projets nouveaux.

 

L'objectif d'économies est une hypocrisie

Alors que la Ve République est à bout de souffle, le gouvernement s'emploie à étouffer dans l’œuf tout renouveau démocratique, toute initiative citoyenne indépendant du système. Car, ne nous y trompons pas, l'objectif affiché d'une économie de 169 millions d'euros est d'une hypocrisie totale ! 

D'une part, ce n'est pas sur la démocratie que le gouvernement devrait faire des économies. Il y a bien d'autres domaines où économiser de l'argent : des frais de bouche ahurissants que se permettent les grands élus, à la réserve parlementaire, en passant par le train de vie exorbitant des anciens présidents de la République.

D'autre part, le gouvernement joue sur la méconnaissance des citoyens des dispositifs de financements électoraux. S'il y aura effectivement une économie sur la campagne dite "officielle" (profession de foi, affiches officielles et bulletins de vote), il n'y en aura pas sur le reste des dépenses de campagne qui sont elles aussi soumises au remboursement par l'État dans les mêmes conditions. Ainsi au lieu de mutualiser les coûts pour l'ensemble des candidatures dans un seul envoi, les formations politiques qui sont assurées du remboursement paieront des entreprises de routage pour adresser leur propagande de campagne unitairement (dans le compte de campagne, hors campagne officielle). C'est à dire que cela coûtera encore plus cher... et qu'en plus ces circulaires ne seront en aucun cas contrainte d'adopter un même format. 

Enfin, rappelons que le Parti Pirate propose le bulletin de vote unique (https://wiki.partipirate.org/Bulletin_unique), un système déjà en place dans de nombreux pays. Le bulletin de vote unique permet à la fois des dizaines de millions d'euros d'économie, la suppression de tonnes de papiers inutiles et davantage d'égalité démocratique.

 

Une aggravation de la fracture numérique

La France souffre de graves inégalités en terme d'accès à internet. Les zones blanches sont encore trop nombreuses. Après l'obligation de passer par internet pour déclarer ses impôts, sous peine d'amende financière, l'État souhaite réserver aux personnes connectées l'accès à l'information démocratique. Ainsi, au lieu de maintenir un service qui s'adresse à tous ("Égalité"), l'État met en place un système qui aggravera les différences entre ruraux et citadins, jeunes et anciens. Nous sommes tous citoyens de la République Française, quel que soit notre lieu de résidence et les informations que nous recevons ne devraient pas être limités en fonction de l'endroit où nous habitons.


Le Parti Pirate refuse l'étouffement de la démocratie par les élites médiatiques et politiques. La démocratie, ce n'est pas un vote privé de sens dans un contexte où l'information a été verrouillée.  La démocratie, c'est la discussion, c'est le débat, c'est la confrontation respectueuse et égale des différents projets politiques. Et ce n'est pas ce qui est proposé par cette évolution de la loi.