Le parti pirate dénonce le gazage des manifestants

La manifestation du 29 novembre à propos de la COP 21 a eu le mérite de lever toute ambiguïté : sous couvert de lutte contre le terrorisme nous assistons à la mise en place d’un état policier.

L’exécutif n’interdit ni les marchés de Noël ni les matchs de foot mais refuse aux citoyens le droit d’exprimer leurs opinions dans la rue. L’état d’urgence, pour lutter contre le jihadisme sert à assigner à résidence des militants écologistes. Cela dit assez l’hypocrisie et le cynisme d’un gouvernement qui se sert des morts du 13 novembre pour imposer son agenda sécuritaire.

Que les choses soient claires : non les manifestants n’ont pas agressé les forces de l’ordre ! La manifestation ne serait parfaitement bien déroulée si les CRS n’avaient pas entrepris de vider la place de la République à coups de bombes lacrymogènes. Autant que les citoyens, c’est la République que les policiers ont gazé.

La journée aura été l’occasion pour monsieur Valls d’une belle démonstration de force. Des dizaines de cars, des centaines de CRS et même des hélicoptères qui survolaient la place à basse altitude, comme dans une scène de guerre… Cela fait de fortes images au service de la communication gouvernementale. Mais nous, pirates, ne sommes guère impressionnés. Aujourd’hui nous avons vu un système en état de grande faiblesse, contraint de brutaliser ses citoyens pour conserver une illusion d’autorité.

Le combat pour la liberté continue. Et nous allons le gagner.

crédit photo : @JulienBrygo