La Police des Moeurs n’a rien à faire à la Culture !

Mercredi 9 décembre 2015 aurait du être l’anniversaire des 110 ans de la Loi de 1905, concernant la séparation des Églises et de l’État. Au lieu de cela, il restera comme celui où les pouvoirs publics courbèrent une nouvelle fois l’échine face aux pressions d’une association catholique intégriste. Le Parti Pirate s’indigne d’un tel gage donné aux fondamentalistes religieux et appelle le gouvernement à se ressaisir.

"Promouvoir" [1], une association implantée en PACA, qui lutte contre la violence et le sexe dans la culture, a argué que la Palme d’Or du Festival de Cannes 2013, La Vie d’Adele d’Abdellatif Kechiche, comportait des scènes trop crues pour un public jeune. Elle a obtenu en justice la révision de son visa d’exploitation afin qu’il passe du statut "interdit aux moins de 12 ans", à celui "d’interdit aux moins de 18 ans", le rangeant donc dans la catégorie "film pornographique". Le ministère de la Culture a maintenant deux mois pour revoir sa classification. En attendant, toute diffusion, location, exploitation en DVD/BR ou support numérique sont suspendues.

L’association n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle a déjà, à son triste palmarès de la censure, la classification X du film Baise-moi de Virginie Despente et Coralie Trinh Thi, l’interdiction aux moins de 18 ans de Ken Park de Larry Clark, Saw 3D, de Kevin Greutert, ou encore de Love, le dernier film de Gaspard Noé. Il faut rappeler que derrière l’association "Promouvoir" se cachent - l’association n’a pas de site internet ni de vitrine officielle - des individus pourfendeurs de l’homosexualité et sympathisants d’extrême droite [2]. Ce qu’ils reprochent avant tout au film de Kechiche ? Des scènes trop explicites et une soi-disant propagande LGBT, dans une confusion pathétique entre sexualité et politique. Il paraît aberrant d’avoir à le rappeler en 2015 : être homosexuel n’est pas un projet politique. Lutter contre l’homosexualité l’est, c’en est un ignoble et illégal.

En France, il appartient au ministère de la Culture, à travers le CNC, d’attribuer les visas d’exploitation aux films. Il est anormal que celui-ci subisse des pressions d’une police des mœurs incarnée par une association catholique intégriste. Le Ministère de la Culture se doit de demeurer un organe de l’État, indépendant de toute considération religieuse.

Face à de telles pratiques, le Parti Pirate marque vivement son indignation et rappelle son attachement à la Laïcité, principe fondamental de notre République qui stipule que les religions ne doivent intervenir en aucun cas dans les affaires de l’État. Les Pirates déplorent une nouvelle preuve de la complaisance du gouvernement à l’égard des groupes de pression haineux, comme ce fut le cas pour l’ABCD dans l’égalité. Ce faisant il promeut l’efficacité de telles méthodes et encourage les franges les plus extrémistes à agir à l’encontre du bien commun.
Nous appelons donc la Ministre de la Culture, Fleur Pellerin à faire appel pour réhabiliter immédiatement le visa d’exploitation de "La Vie d’Adèle", et demandons à ce que son ministère retrouve une indépendance totale dans les choix et les prises de décisions qui lui reviennent. Remettons les états d’âme des lobbies Religieux ou de toute autre association cultuelle, puritaine, et dogmatique à leur place. Il n’est pas entendable, moins d’un an après l’attentat de Charlie Hebdo, de défendre "un droit à ne pas être choqué". La Culture d’un pays digne doit être le premier et le dernier rempart de la liberté d’expression contre l’obscurantisme.

Joyeux anniversaire à la Loi de 1905 !

Notes

[1http://www.lesinrocks.com/2015/08/10/actualite/qui-est-andre-bonnet-le-croise-qui-a-interdit-love-11766136/

[2http://next.liberation.fr/culture/2000/07/05/promouvoir-tendance-bruno-megret_332142 &
http://www.medias-presse.info/la-vie-dadele-film-de-propagande-lgbt-perd-son-visa-dexploitation-grace-a-laction-en-justice-de-lassociation-promouvoir/45277