La Loi Renseignement entre au ministère de la Justice

Aujourd’hui Christiane Taubira a remis au Président sa démission suite à son opposition au projet de réforme de la constitution. Elle s’est exprimée en ces termes sur Twitter : "Parfois résister c’est rester, parfois résister c’est partir. Par fidélité à soi, à nous. Pour le dernier mot à l’éthique et au droit.". Jean-Jacques Urvoas, auteur de la Loi sur le Renseignement, a été nommé à sa place, ce qui, pour le Parti Pirate, fait redouter le pire.

C’est sans surprise que le Parti Pirate a pris connaissance de la démission de Madame Chistiane Taubira de son poste de ministre de la Justice. Cette dernière s’était opposée frontalement au Président de la République et au Premier Ministre dans leur quête insatiable de lois liberticides. Opposée au projet de réforme de la Constitution, Madame Taubira n’avait pas hésité à faire entendre sa voix pour dénoncer, entre autres, la déchéance de nationalité.

Si Madame Taubira a pu mener des politiques qui ont été contestées, elle reste l’auteure de projets ambitieux. Nous n’oublierons pas que c’est à elle que nous devons l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. Nous saluerons également sa volonté de ne pas intervenir dans le travail des procureurs de manière directe, insufflant ainsi un espoir de voir le Parquet gagner en indépendance.

Mais le plus inquiétant est le choix de son successeur : Jean-Jacques Urvoas. Ce dernier n’est autre que l’auteur de la très liberticide Loi sur le Renseignement qui autorise toutes les dérives possibles en terme de violation de la vie privée. Monsieur Hollande envoie un message très clair en nommant l’un de ses proches à ce poste régalien. Il ne tolérera plus la moindre opposition vis-à-vis de sa politique sécuritaire.

Finalement, nous ne demanderons pas la démission de Jean-Jacques Urvoas, comme d’autres ont pu le faire pour Christiane Taubira. C’est une exclamation peu constructive. De plus, pour nous, il est déjà trop tard dans la surenchère sécuritaire. Nous ne pouvons qu’appeler à la prise de conscience de nos concitoyens et de nos élus, ainsi qu’au réveil démocratique de tous.